Je viens souvent sur cette plage, comme si j'allais au bout du monde, ou au début d'un autre, un peu nulle part.

La nature s'arrête pour commencer autre chose, elle ne propose rien de pittoresque à explorer et cherche plutôt à se faire oublier.

Rien d'autre qu'une scène vide où un petit monde s'organise, où des communautés éphémères se forment, on se montre et on observe la vie des autres, mais de loin, ni tout à fait seuls, ni tout a fait en commun.

La plage est un lieu détaché du réel, un réseau social virtuel, idéal pour un jeu de société originel.

on y admet des règles communes simples où l'intimité se dévoile, entre anonymat et mise en scène:

Il y a un rêve de communauté rassurante et familière dans cette surexposition de l'intime.

Et comme si aucune histoire ne voulait s'y écrire, mes pas sur cette plage laissent des empreintes qui s'effacent aussitôt dans un arrière plan de plus en plus mince et transparent.